LE FOFO Index du Forum
LE FOFO Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

chapitre 7 : ça je ne sais pas faire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE FOFO Index du Forum -> Lectures au coin du feu... -> La Dimension Awaxienne -> Les Morgoles -> Les Morgoles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
awax
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2006
Messages: 2 002
vous êtes ?: damoiselle

MessagePosté le: 21/06/2007 22:07:09    Sujet du message: chapitre 7 : ça je ne sais pas faire Répondre en citant

Drago avait tourné le dos à Hermione bien malgré lui pour qu'elle sorte de l'eau. Il l'avait alors entendu le sermonner en long en large et en travers sur le surnom dont il l'avait qualifiée.
- Ben quoi ? Tu n’aimes pas "mon amazone" ? Ça te va très bien pourtant.
- Arrête Malefoy tu m'agaces.
- Ta tenue est adéquate et tu ne veux pas du seul homme qui te reste sous la main ! Donc... mon amazone c'est parfait.
Alors que la jeune femme continuait encore et toujours à râler, il l'avait conduit jusqu'à un mur rempli de végétation. Evidemment la gryffondor s'était empressée d'analyser cela en expliquant qu'il était impossible que quelque chose pousse ici :
"A moins que les plantes ne réagissent favorablement à cette lumière artificielle, avec l'eau qu'il y a ici..."
Mais Drago l'avait immédiatement coupée, lui répondant qu'il n'en savait rien et qu'il n'avait pas la force d'en discuter. Quoi qu'il en soit, le serpentard dénicha une petite boule rouge qui ne ressemblait à aucun fruit qu'Hermione connaissait, en cueilli une et la lui tendit.
- Tient goûte.
Elle voulut la lui prendre, mais il recula la main
- Quoi encore ?
- Fait moi confiance, croque.
Drago voulait qu'elle lui mange dans la main, non pas par esprit de domination cette fois, mais pour mener à bien son projet, il devait absolument apprivoiser son amazone. En y réfléchissant, son comportement dans le bain avait été stupide et il réalisait qu'établir une relation de confiance avec elle devait passer par la douceur.
En premier lieu, elle ne devait plus avoir peur de s'approcher de lui.
Un peu en râlant, Hermione avança. Mais plus elle avançait, plus il reculait sa main. Elle lui saisit alors le poignet pour l'immobiliser et arracha le petit fruit avec les dents, frôlant ses doigts au passage.
- Vorace ! Lui dit-il avec un grand sourire qu'elle lui rendit timidement.
Affamés l'un comme l'autre, il dévorèrent les sortes de cerises avec appétit. Etrangement, elles n'avaient pas de noyau et leur chaire était ferme et sucrée, tenant bien au ventre.
Au bout d'un moment, Drago partit derrière un gros rocher et revint avec une sorte de sac fabriqué dans la même peau que leurs vêtements. Après l'avoir secoué pour enlever la poussière, il mit toutes celles à leur portée pour constituer des provisions.
En repartant, Drago s'approcha du bord de la source, plongea sa main dans l'eau et remonta une sorte de filet, mais fut secoué en le voyant vide. Il poussa un soupir et rempli la gourde qu'il avait autour de sa taille.
- C'est quoi ça ?
- C'est un piège probablement construit par la fille qui m'a sauvé, c'était là. Parfois, j'arrive à attraper des genres de petites crevettes... enfin ça y ressemble et ça a le même goût, mais c'est rare.
Hermione haussa les épaules en guise de réponse.
- Bon Granger, on repart. Je voulais te montrer d'autres choses, mais je pense que ça suffira pour ce soir. On va rapporter ça au dortoir, il lui montra les provisions, et on ira se placer pour la cérémonie. Je pense que ça ne tardera pas. Tu ne me refais pas ton cirque ou bien affronter les Morgoles sera de la rigolade à côté de ce que je te ferais !
- Ah oui ? Et tu vas me faire quoi ? Tu as besoin de moi alors pour toi je suis aussi précieuse que ton cher sang pur ! Lui lança-t-elle sur un ton de défi et avec un soupçon de malice.
- C'est simple, je t'embrasserai ! Lui répondit-il en se penchant vers elle.
- T'as gagné.
Et elle se dirigea vers les couloirs.
Drago passa le premier, un peu vexé par l'efficacité de sa menace. En repassant devant les cellules, Hermione tourna la tête, pour ne pas revoir les visages des condamnées alors que le serpentard regardait la situation en face. Il put ainsi s'apercevoir que la cellule était vide. La cérémonie allait commencer. Il pressa le pas et à peine étaient-ils arrivés dans le dortoir qu'il fallait déjà repartir.
Le son du cor retentit à nouveau dans la structure.
Hermione se figea, la dernière fois qu'elle l'avait entendu, c'était pour lui parler à elle.
- T'inquiète, ils font ça à chaque cérémonie, c'est pour rameuter les troupes. On va aller à la salle du trône pour que je te montre les clés.
De nouveaux des couloirs, une autre partie du labyrinthe...
La gryffondor commençait à penser qu'il avait raison. Mettre au point un plan valable et qui tenait la route demandait une certaine préparation et une excellente connaissance des lieux.
La "fenêtre" donnant sur la salle du trône n'était pas très bien placée pour observer, mais ils devraient s'en contenter.
Le roi était encore là.
Hermione fit un pas en arrière en l'apercevant. Elle se souvenait du message lui étant adressé dans lequel les Morgoles voulaient l'unir à lui.
Comme les autres de son espèce, le roi Morgole devait mesurer environ deux mètres et sa silhouette était allongée par de longs cheveux lisses, aussi noirs que du charbon, et lui descendant jusqu'en bas du dos. Son visage n'était pas différent de ceux des humains, mais enlaidi par ses yeux où pupille et iris se confondaient en un rond noir. En le détaillant, la rouge et or ne put s'empêcher de l'associer à un squelette, non seulement à cause de sa maigreur, mais également du fait que sa peau n'avait aucune pigmentation, elle n'avait jamais vu d'être vivant aussi blanc.
Un autre de son espèce entra dans la salle
- La cérémonie va commencer mon seigneur.
Ils semblaient tous avoir la même voix poussée à l'extrême dans les graves.
- Vous ne l'avez toujours pas retrouvée ?
- Non mon seigneur, elle n'a pas d'aura, la retrouver risque d'être difficile...
- Je ne veux pas entendre ça ! Lui cria-t-il brutalement avant de reprendre une voix impassible. Je la veux, elle est à moi.
- Mais, mon seigneur, nombre de femelles sont arrivées à maturité et...
A ce moment le roi lui lança les foudres d'un regard déchaîné
- Depuis quand contestes tu mes ordres, Paril ?
- Veuillez me pardonner mon seigneur. S'agenouillant en signe d'infériorité.
- Préviens mon frère, nous nous réunirons demain pour voir comment la trouver. Nous avons suffisamment perdu de temps, que la cérémonie commence.
Le roi se leva et flotta dans les airs en direction de la sortie. Marcher devait être trop avilissant pour lui.
Seuls les deux gardes restaient dans la salle. Drago s'approcha d'elle et lui désigna les deux poteaux du doigt. La jeune femme plissa des yeux pour les détailler. Effectivement, il semblait y avoir deux clés incrustées et un peu perdues au milieu des ornementations, ressemblant étrangement à celles des mésopotamiens. L'écriture, qu'elle ne comprenait pas, était visiblement de type cunéiforme et cela lui parut étrange.
Chez les moldus, cette écriture était la plus ancienne connue, bien avant même les hiéroglyphes. Les Morgoles auraient-il des ancêtres humains ?
Drago la sortit de ses rêveries et lui fit signe de le suivre.
Durant un long moment, les deux jeunes gens parcoururent des couloirs sans fenêtres et le serpentard s'arrêta, la regarda et s'approcha d'elle, très près. Instinctivement, la jeune femme recula. Mais il la retint par le bras en fronçant les sourcils, l'air agacé. Le serpentard lui écarta les cheveux de son oreille et se pencha pour lui murmurer quelque chose, protégeant le son de sa voix d'une main. Hermione sentit pratiquement son corps la frôler. Leurs deux visages côte à côte, provoqua en elle un frisson qu'elle ne put contrôler.
- Nous sommes un peu tranquilles alors écoute. Nous n'allons pas voir la cérémonie en entier, c'est beaucoup trop dur, mais il faut tout de même que tu en ais un aperçut, cela t'aidera à comprendre. Je te l'explique ici car après ce serait trop risqué. Les filles qu'ils ont enlevées sont trop jeunes pour devenir des reproductrices, mais ils vont leur injecter le niphomince comme ils l'appellent pour les contrôler. Elles vont alors devenir dociles. Le temps qu'elle grandissent qu'elle soient en âge d'avoir des enfants sans trop de complication, je pense qu'ils attendent qu'elles aient une vingtaine d'années environ. En attendant, ils les font travailler. Elles s'occupent des nouveaux nés ou sont dans les "champs", accueillir de la nourriture. Je te montrerais.
Drago s'arrêta, recula un instant pour voir sa réaction, elle lui fit "oui" d'un signe de tête. Il se rapprocha de nouveau d'elle, sans qu'elle ne s'esquive cette fois et reprit son récit.
- Nous partirons à ce moment là. Parce qu'après, ils vont pratiquer la deuxième cérémonie... pour les filles plus âgées, et crois moi mieux vaut ne pas y assister. Ce que tu vas voir est bien plus horrible que les filles entassées dans une cellule, alors ne fait rien s'il te plait Hermione. Ne fais rien ou nous mourrons tous les deux. Si tu as envie de crier, pense à ta famille, pense à Weasley même si tu veux, si ça peut t'aider à garder ton calme, mais reste silencieuse.
Avant de la lâcher, il prit tout de même le temps de remarquer que ses cheveux sentaient délicieusement bon... Mais comment faisait-elle pour être parfumée dans cet endroit ?
Ils reprirent leur marche en direction de la salle de cérémonie.
Au milieu d'un couloir, Hermione put distinguer une fenêtre sur la gauche, mais déjà les bruits de la salle provoquèrent une vague de frissons dans tout son corps. Elle n'entendait absolument pas les morgoles qui ne prononçaient pas un mot, mais des pleurs, des cris et des hurlements de désespoir. Elle s'arrêta alors avant même d'atteindre l'ouverture paralysée.
Drago ne s'aperçut qu'un peu plus loin qu'elle s'était stoppée et en se retournant, la vit faire "non" de la tête. Elle refusait d'assister à ce carnage. Il fit alors demi tour et se posta devant elle, la fixant intensément. Il ne pouvait pas parler sans risquer de se faire repérer, comment lui faire comprendre les enjeux qui découleraient de cette observation ? Il désigna sa bouche à lui comme pour dire "lit sur mes lèvres". Il commença alors à prononcer très lentement pour qu'elle comprenne
"Tu dois regarder"
Hermione réitéra son "non" de la tête. Il attendait beaucoup de ce moment, peut-être qu'elle comprendrait enfin l'enfer où elle était et arrêterait de prendre des risques inutiles. Il le lui avait bien expliqué, mais la confrontation visuelle était nécessaire pour appuyer les mots.
"Pour sortir d'ici..."
Elle fronça les sourcils...
"Pour ta famille..."
Il appuyait ses mouvements de lèvres avec des gestes et la jeune femme le comprenait parfaitement.
Drago ne lui laissa pas le temps de la réflexion, il la saisit fermement par le bras et la conduisit face à la fenêtre avant de lui prendre le menton d'une main et de l'obliger à faire face à la situation.
Les yeux d'Hermione s'écarquillèrent, il comprit alors qu'il n'avait plus besoin de la forcer et la relâcha.
La fenêtre était en hauteur, devant une sorte d'immense salle. La première comparaison qui lui vient à l'esprit était celle d'un terrain de quidditch, mais en un peu moins haut tout de même.
Cette grotte était immense, presque aussi grande que celle qu'elle avait découverte à la source.
Les morgoles, entassés devant une sorte de scène dont ils étaient séparés par une fosse attendaient en silence. Le roi trônait en hauteur, à l'autre bout de la salle par rapport aux deux visiteurs incongrus et leur faisait face sans même le savoir.
Enfin, Hermione posa ses yeux sur les pauvres prisonnières et plaqua sa main devant sa bouche, les larmes lui montant rapidement aux yeux sans même un espoir de les contrôler. Elles avaient perdues leurs uniformes et étaient vêtues comme elle désormais. Pieds et poings liées les unes aux autres, elles semblaient tétanisées, ne sachant pas ce qui leur arrivait. Des Morgoles armés les entouraient.
Hermione trouva ceci étrange, avec tous les pouvoirs dont ils disposaient, à quoi pouvaient bien leur servir ces armes ? Mais son esprit n'arrivait plus à analyser la situation.
Tout au fond, derrière le roi, des tambours retentirent ce qui capta encore plus l'attention de la rouge et or.
Les filles regardaient partout, cherchant un espoir, une lueur. Elles ne savaient pas à quoi s'attendre et pensaient probablement à un sacrifice. Le son des tambours était très lent mais raisonnait dans chacun des murs, effrités par les vibrations répétitives.
D'un coup, les chaînes de la première fille se rompirent et deux morgoles ne lui laissèrent aucune opportunité de s'échapper. Ils la conduisirent au centre de la scène, jusqu'à un troisième représentant de leur race armé d'une seringue. Il la plongea dans un énorme chaudron. La pauvre enfant se débattait du mieux qu'elle pouvait, mais les créatures l'immobilisèrent par magie.
L'un deux lui prit le bras qu'il tendit au troisième pour lui injecter un liquide vert fluorescent sans aucun ménagement. En quelques secondes seulement, les premiers effets apparurent, la fille fut lâchée par ses gardes, elle ne bougeait plus, ne criait plus, ses yeux fixés dans le vide. Sa peau se colora légèrement d'une teinte verdâtre et elle avança pour se positionner contre le mur, à l'opposé de ses camarades.
Hermione n'en croyait pas ses yeux. Elle pleurait à chaudes larmes, silencieusement, les bras le long de son corps, comme si elle ne pouvait plus les porter à son visage pour essuyer ses pleurs. La fille venait de subir une sorte de lobotomie, elle ne pensait plus, c'était comme si son âme lui avait été ôtée.
La cérémonie continua ainsi, devant une gryffondor anéantie et un serpentard figé.
Les filles se succédaient, toutes pleurant, hurlant, se débattant avec toute l'énergie du désespoir, mais rien n'y faisait. Trois heures plus tard, il n'en restait que très peu. Les morgoles en attrapait une dernière, mais elle ne se débattait pas...
A ce moment, Drago eut le bon réflexe, il prit Hermione par derrière et lui plaqua la main sur la bouche juste à temps pour étouffer son cri. C'était Luna. Elle s'avança d'elle même face à son destin et tendit son bras, résignée.
Hermione se retourna pour se plaquer contre le torse de Malefoy qui, surpris, resta les mains écartées.
Il savait jouer avec elle, la chercher pour la mettre hors d'elle, mais la consoler... Il en était incapable.
D'ailleurs, le jeune homme n'avait jamais réconforté personne et la prendre dans ses bras pour la soutenir était au dessus de ses forces. Il l'entraîna alors immédiatement loin de cette horreur en la poussant pour qu'elle avance, ce qu'elle fit machinalement, pleurant de plus belle, mais toujours en silence.
Durant le trajet qui les conduisait au dortoir, Drago se rappela de la première cérémonie à laquelle il avait assisté.
Personne ne l'avait mis en garde des rituels de ce peuple sous terrain. Il se souvient avoir reculé de terreur jusqu'à se plaquer contre une paroi de galerie, les bras écartés pour se stabiliser, et s'être laissé glisser pour se recroqueviller par terre, les yeux exorbités de terreur.
Arrivés là-bas, Hermione se jeta sur le lit, et tira la couverture pour se cacher.
Drago devina qu'elle se mettait en boule et l'entendit sangloter de plus belle. Il alla s'asseoir sur la chaise, à côté de la table et lui tourna le dos, sans prononcer un seul mot.
Hermione avait du mal à respirer à cause des pleurs évidemment, mais également de l'angoisse qui lui rongeait les entrailles. Son esprit était assaillit par une foule de pensées, toutes aussi diverses les unes que les autres. Elle revoyait les images terribles de la cérémonie et surtout Luna affrontant son destin, puis des flashs de sa famille, ses parents, ses grands-parents, mais aussi de ses amis, Harry, Ginny et Ron.
A cette pensée, ses pleurs redoublèrent. Ils devaient être mort d'inquiétude à son sujet et avaient raison. Hermione était en enfer...
A ce moment, elle se sentit désespérément seule. Bien sur, elle entendait Drago bouger de temps en temps à côté d'elle, mais elle aurait aimé avoir un confident à ses côtés. Quelqu'un qui la consolerait, qui lui dirait que tout allait bien se passer... Mais rien.
Malefoy n'était pas du genre à écouter les sentiments des autres, il n'avait même pas fait l'effort de la prendre dans ses bras tout à l'heure et maintenant, elle le voyait assis, les yeux rivés sur le sol, lui tournant le dos.
Après avoir assisté à la cérémonie, la gryffondor ne put s'empêcher de lui être reconnaissant de ce qu'il avait fait. Sans lui, sa peau se aurait probablement changé en couleur verte et elle ne serait plus. Mais il avait agit égoïstement, pour se sauver lui-même et elle n'arrivait pas à changer de regard sur son pire ennemi. Il était odieux et finalement, même si elle préférait être avec lui qu'avec les morgoles, il voulait la même chose d'elle : de la compagnie et une partenaire sexuelle. Il pouvait aller au diable.
De son côté, le serpentard essayait d'organiser ses pensées. Il fixait le sol crasseux du dortoir et tentait d'occulter les pleurs de sa compagne d'infortune. Son souhait aurait été lui crier d'arrêter de chouiner, de la fermer, mais comment lui reprocher sa réaction ? Il lui avait montré la réalité pour qu'elle réalise un peu dans quel enfer ils étaient et c'était chose faite.
Mais qu'attendait-elle de lui à présent ? Du réconfort ? Non, il ne pouvait pas lui en donner, étant lui-même proche du renoncement. Si elle savait qu'avant d'entendre les morgoles parler d'une razzia, lui redonnant l'espoir de voir arriver des secours ou au moins une autre âme, il avait cessé de s'alimenter, voulant en finir.
Les premiers temps, Drago avait arpenté les couloirs sans relâche, cherchant une issue, un indice, une idée, une aide, n'importe quoi... Mais très vite, le désespoir l'avait corrompu.
Au bout de deux mois, le jeune homme savait qu'il ne sortirait jamais d'ici et s'était allongé sur ce lit, voulant y rester jusqu'à la fin.
Son amazone ne pouvait pas savoir à quel point sa présence comptait pour lui. Lui faire l'amour, même dans ces conditions, avait réinsufflé la vie dans son corps et dans son coeur. Il n'avait pas plus d'espoir de sortir d'ici, mais Drago savait à présent qu'il ne mourrait pas seul.
_________________
<a href="http://lilypie.com/"><img src="http://lbff.lilypie.com/R0Wlp2.png" width="400" height="80" border="0" alt="Lilypie Breastfeeding tickers"></a>
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 21/06/2007 22:07:09    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Krystale43
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 21/06/2007 22:25:55    Sujet du message: wahou Répondre en citant

encore première Very Happy
mais, je ne me souvenait plu de ce chapitre!
c'est vrai qu'il est trè émouvant et très... très particulier.
en tout cas continue
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 12/12/2017 03:25:26    Sujet du message: chapitre 7 : ça je ne sais pas faire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE FOFO Index du Forum -> Lectures au coin du feu... -> La Dimension Awaxienne -> Les Morgoles -> Les Morgoles Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com