LE FOFO Index du Forum
LE FOFO Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Chapitre 3 : coup bas

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE FOFO Index du Forum -> Lectures au coin du feu... -> La Dimension Awaxienne -> Les Morgoles -> Les Morgoles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
awax
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2006
Messages: 2 002
vous êtes ?: damoiselle

MessagePosté le: 20/06/2007 06:40:48    Sujet du message: Chapitre 3 : coup bas Répondre en citant

(Non réécrit, mais il faut bien que cette fic arrive en entier ici un de ces jours !)

Lorsque les sensations orgasmiques s’envolèrent, il ne resta plus que l’odeur âpre du moment.
Drago et Hermione se regardèrent, tous deux impassibles jusqu’à ce que la jeune fille lâche les poignets qu’elle avait violemment sérés.
Le Serpentard se retira alors doucement, mouvement qui fit fermer l’espace d’une seconde les yeux de la Gryffondore, puis se laissa tomber sur le côté complètement essoufflé, ne laissant plus qu’une main sur le ventre de sa partenaire. Il avait du mal à déglutir et son cœur battait encore plus vite que s’il avait sprinté sur trois kilomètres. Visiblement, cet ébat était bien au-dessus de ses capacités physiques, particulièrement affaiblies.
Hermione, elle, fixait le plafond de cette salle dont elle ne discernait que les pierres recouvertes de plaques vertes (probablement de la mousse due à l’humidité) et des toiles d’araignées en grand nombre. Elle aussi respirait difficilement, mais ça n’était pas sa préoccupation principale. Elle n’arrivait pas à se ressaisir. Mais que s’était-il passé ? Pourquoi ? Pourquoi avait-elle dit « continue » pourquoi ?
Elle sentait la douleur l’envahir à présent que le plaisir était redescendu… Le plaisir… Merlin, comment diable avait-elle pu ressentir de telles émotions charnelles dans un moment pareil. Comment avait-elle surmonté son aversion envers Malefoy ?
A ce moment là, toute la pression chuta brutalement et elle ne put s’empêcher de s’effondrer en sanglots. Elle se cacha alors le visage et se tourna dos à son amant. Perdue dans ses pensées, elle ne sentit pas la main de Drago glisser de ses cotes pour la laisser tranquille. Le jeune homme ne s’attendait pas à cette réaction et n’avait aucune idée sur la manière de l’appréhender et après tout il s’en moquait.
« Mais qu’est-ce que j’ai fais. Ron… pardonne moi »
Au bout de quelques longues minutes silencieuses interrompues uniquement par des sanglots, il se décida tout de même, ne pouvant plus lutter contre la fatigue, à lui dire:
- Dors, on a quelques heures de répit. Ça ira mieux après.
En effet, après tous ces événements : une nuit blanche, les premiers cours, l’attaque, le réveil violent et enfin un orgasme tout aussi brutal, la rouge et or n’arrivait plus à lutter contre la fatigue. C’est donc sans prononcer un seul mot qu’elle s’endormit dans cette position, ne prêtant aucun regard à son amant, blême de fatigue.

A Poudlard, l’heure du bilan était arrivée.
Les élèves avaient été rassemblés dans la grande salle et la Directrice procédait à l’appel.
Les pleures se faisaient entendre à chaque nom qui n’était pas suivi d’un « présent ». Le corps enseignant tentait, tant bien que mal, de masquer ses sueurs froides. Ils avaient été si impuissants, si inutiles alors qu’ils auraient du les protéger. Mais comment lutter contre des Morgoles ?
Déjà les premiers parents arrivaient, tremblant et cherchant leurs enfants dans la foule amassée. Des cris de joie retentissaient alors que d’autres hurlaient leur désespoir. Ginny pleurait dans les bras de Ron qui ne pipait mot, le regard fixe, dans le vague.
« Je te retrouverais Hermione, où que tu sois, je ne t’abandonnerais jamais ». Il se répétait cette phrase pour se rassurer lui-même.
L’appel devenait de plus en plus difficile en raison des questions qui fusaient de tous les côtés, mais le sérieux de la Directrice était impressionnant. Elle voulait, même plus, devait absolument compter les pertes et montrer l’exemple. Alors qu’elle énumérait la liste macabre une foule de questions fusait dans son esprit. Il lui fallait affronter la détresse de ces parents, la douleur des familles brisées, mais pour l’heure, il s’agissait de se relever de cette effroyable attaque. Lorsque McGonnagall eut enfin fini, elle ferma les yeux, afin de puiser dans ses réserves les quelques fragments de courage qui lui restait pour reprendre la parole.
- Du calme, je vous en prie …
Tout le monde se fit silencieux, le temps était suspendu, le verdict allait tomber.
- Nous avons subit de lourdes pertes. Visiblement, soixante-dix-sept élèves ont été enlevées.
Une vague d’effroi traversa l’assemblée. Même Peeves ne cherchait pas à faire une de ses stupides blagues. La directrice voulut reprendre, mais le coup de l’émotion l’en empêcha et elle dut patienter, quelques secondes, avant de donner des semblants d’explications.
- Où sont-elles ? Qui les a enlevées ? Cria un père dans l’assistance
Après ces clameurs de souffrance, McGonnagall leva une main en élevant légèrement la voix pour étouffer les clameurs de plus en plus virulentes.
- Les créatures qui les ont enlevées sont des Morgoles.
Certaines mères se mirent à crier et à pleurer comme jamais, alors que d’autres ne comprenaient pas tout le poids qu’avait cette information. Mais au même moment, les portes s’ouvrirent avec fracas et une voix d’homme affolé et déterminé s’imposa par delà tout le brouhaha, en hurlant
- Ginny? Ginny? Où es tu Ginny…
- Harry, je suis là Harry. Et la petite rousse se fraya un chemin parmi la foule attroupée.
- Ginny…
Harry se moquait bien de tous les regards fixés sur lui et de perturber un moment important, il voulait la voir, il avait su que le château avait été attaqué et que les pertes étaient lourdes, Mais sans savoir qui serait inscrit sur la liste morbide.
Tout ce qui importait, c’était désormais la petite voix criant son nom et qui semblait se rapprocher de plus en plus.
Ginny arriva enfin dans son champ de vision et lui sauta dans les bras en pleurant. Harry la saisit de toutes ses forces, fermant les yeux, soulagé. Puis il l’éloigna de lui pour l’embrasser fougueusement.
- Ginny, tu es là ! Je ne te laisserais plus jamais, c’est promis, plus jamais tu m’entends. Et il laissa couler des larmes de joie en la serrant à nouveau dans ses bras, de peur qu’elle ne s’échappe.
Cet instant de bonheur pur redonna quelque courage à la Directrice qui poursuivit alors son explication. Elle décrivit qui étaient les Morgoles, ce qu’ils étaient venu chercher et pourquoi. Des nouveaux hurlements et parfois même des crises d’hystérie se manifestèrent.
Ron était amer.
Une nouvelle fois, il enviait Harry. Lui tenait celle qu’il aimait dans ses bras alors que lui…
Même s’il était conscient que la présence de Ginny était, pour lui également, la seule frontière qui le séparait de la folie. L’émotion était trop forte et il pleura toute sa douleur en sentant la main du survivant sur son épaule.
……………
Lorsque Hermione se réveilla, elle eut tout d’abord une forte sensation de bien être. Elle avait chaud et était lovée dans des bras puissants. Elle ne voulait pas ouvrir les yeux histoire de profiter de cette douceur, mais une voix glaciale l’obligea à sortir de ses rêveries.
- Reposée ?
A cet instant, le brouillard se dissipa et tout lui revenait très clairement brutalement. Elle voulut se redresser d’un bond, mais Malefoy l’en empêcha. Visiblement, le froid les avait poussé à se coller l’un à l’autre dans leur sommeil. Drago, n’ayant pu approcher personne durant deux mois, s’était surpris à l’enlacer. Il avait désespérément besoin de ce contact humain.
- C'est bon ! Calme-toi… tu ne risque rien ici.
- Lâche moi.
Hermione avait bien du mal à supporter ne serais-ce que son regard alors le sentir contre elle… non, certainement pas.
- C’n’est pas ce que tu disais tout à l’heure ! Lança-t-il sarcastiquement.
Elle luttait pour se lever, mais il était plus fort qu’elle. Elle resta alors allongée sous la contrainte et lui lança un regard noir.
- Qu’est-ce que tu veux ?
- Parler. Il faut que je t’explique plusieurs choses maintenant qu’on a un peu plus de temps devant nous !
Devant son sérieux, elle ne put que se résigner. Enfin pas tout a fait quand même.
- D’accord, on parle, mais laisse moi me lever.
Il la lâcha sans plus rechigner au plus grand étonnement de la jeune femme.
La gryffondore se redressa alors mais rougit en se rendant compte que sa culotte gisait au pied du lit. Drago lui aussi devait encore être en tenue d’Adam, heureusement qu’elle avait gardé sa jupe !
- Retourne toi.
- Voyons Granger, après ce qu’on vient de faire, je croyais qu’on avait dépassé ce stade !
Merlin que ce rictus ridicule pouvait l’agacer.
Hermione était tellement honteuse qu’elle sentait son visage lui brûler.
- Retourne-toi !
Devant sa colère évidente, le serpentard s’exécuta sans autre forme de procès.
La rouge et or put alors se revêtir du seul habit qui lui manquait avant de refermer son chemisier, tout en rougissant de plus belle en repensant au moment où Drago le lui avait ouvert. A chacune de ses pensées, elle sentait son estomac se contracter, mais n’arrivait pas à en interpréter la signification : honte, dégoût, restant du plaisir, douleur…
- Alors ?
Drago s’assit sur le lit, prenant soin de placer la couverture correctement sur lui pour se rhabiller également et débuta son récit.
- L’année dernière, enfin en juin, lorsque Rogue et moi avons pris la fuite, il faisait nuit et c’était le chaos total.
Etrangement, Drago avait un regard sombre qui ne montrait aucune jubilation au sujet de sa victoire de ce soir là. Hermione savait très bien pourquoi.
- Potter nous rattrapait. Rogue m’a dit d’accélérer pour sortir de l’enceinte de l’école et transplaner, mais au moment de passer le portail, j’ai trébuché sur une racine ou je ne sais quoi. Entraîné par ma course, j’ai roulé sur le côté et me suis senti tomber dans le vide. Je ne comprenais pas puisqu’il n’y avait pas de pente de ce côté là.
Hermione l’écoutait très attentivement.
- Ca n’est qu’à mon atterrissage que j’ai compris : un portail vers ce « monde » avait été dressé et je me suis trouvé au mauvais endroit au mauvais moment.
- Un portail ? Mais qui l’avait mis en place ?
- Les Morgoles évidement. Ils devaient préparer leur razzia. Ils observaient. Je suis tombé dans une pièce semblable à une cellule, mais face à des gardes qui semblaient aussi surpris que moi. Je n’ais pas eu le temps de réagir que quelqu’un avait lancé une sorte d’explosif sur eux formant un brouillard épais. Il est venu me chercher pour me faire pénétrer dans les couloirs que je t’ais fais découvrir.
- Il y a quelqu’un d’autre ? Quelqu’un d’autre pour nous aider ?
Mais le regard du beau blond se durcit encore plus, anéantissant les derniers espoirs d’Hermione.
-Il y avait…
Il s’interrompit quelques secondes.
-Avant de repasser le mur, un des gardes lui avait lancé une arme blanche et elle l’a pris en plein dans le dos, probablement sur un rein. A peine de l’autre côté, j’ai vu qui elle était. C’était une fille de notre âge à peu près. Elle était maigre à un point tel que je me demande encore comment elle a pu m’aider à marcher jusqu’au mur. Sa peau n’avait pas du être caressée par le soleil depuis des années au moins. Elle a seulement eu le temps de me dire :
« Cherche mon dortoir. Là-bas, tu ne craindras rien » et elle est morte dans mes bras.
Hermione mit sa main sur sa bouche pour cacher son horreur. Voici la confirmation qui lui indiquant qu’ici on ne jouait pas, on survivait tout au plus.
Drago grimaçait en fixant le sol. Sa voix se troubla, sans pour autant ne laisser aucune larme coulée le long de ses joues de porcelaine.
- Je n’ai rien pu faire. Elle m’a fixé et elle est morte. Elle m’a sauvé la vie et elle est partie aussi vite.
- On va s’en sortir. On s’en est toujours sorti avec Harry et Ron.
A ce moment, Hermione s’arrêta et Drago la regarda.
Le problème était soulevé, ses deux amis n’étaient pas là et la gryffondor était coincée avec quelqu’un, en qui elle n’avait pas confiance et qui avait toujours fait preuve de lâcheté avant ce jour. Mais il fallait être honnête, s’il l’avait « sauvée », ça n’était pas au péril de sa vie et d’un ! Et de deux, c’était uniquement pour avoir une chance de sortir d’ici.
Drago était désespéré. Il avait perdu son rictus désagréable. Son visage exprimait la souffrance, visiblement il était exténué et son énergie vitale semblait au niveau le plus bas.
- Harry et Ron vont me chercher de toute façon. C’est une question de temps pour qu’il me retrouve… J’ai confiance en eux.
- Ah oui ? Et ils vont faire comment dis-moi Miss-je-sais-tout pour trouver un endroit d’où jamais personne n’est revenu ? Y’a pas de carte pour venir ici.
- Ne m’appelle pas comme ça ! On est visiblement coincés ici pour un certain moment alors autant éviter les hostilités.
Drago reprit son air de Serpentard attardé et la regarda vicieusement
- C’est vrai qu’on se connaît bien maintenant ! Et il lui fit un clin d’œil.
Hermione qui était assise sur le lit se dressa d’un bond, ne le supportant pas. Il n’était pas possible ! Comment faisait-il pour passer du drame à une attitude si désinvolte ?
- Bon on va mettre les choses au point : il ne s’est rien passé. Ok ? De retour à Poudlard, parce que nous y retournerons crois-moi, on n’en parle pas ! Aucune allusion, jamais ! Tu m’as entendu ! Aucune.
Drago se leva alors pour lui faire face, un peu vexé par sa faculté à vouloir oublier son extraordinaire performance :
- Parce que tu crois que je vais me venter d’avoir coucher avec une sang de bourbes !
-….
Pour toute réponse, Drago se prit un coup de genoux monumental en plein dans le mile. Il était maintenant à genoux devant une Hermione triomphante, les mains en coquille, le visage irrigué de sang et une légère larme à l’œil !
- Ne redit jamais ça ou bien la prochaine fiancée des Morgoles, ce sera toi !
Il soufflait tant bien que mal, enfin plus mal que bien. Elle y était allée fort là tout de même et du rouge, Drago commençait à virer au vert. L’inquiétude la gagna alors…
- Malefoy, ça va ?
Mais il ne répondait pas, tentant toujours de retrouver sa respiration…
- Drago, je suis désolée… Je ne voulais pas.
_________________
<a href="http://lilypie.com/"><img src="http://lbff.lilypie.com/R0Wlp2.png" width="400" height="80" border="0" alt="Lilypie Breastfeeding tickers"></a>
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 20/06/2007 06:40:48    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE FOFO Index du Forum -> Lectures au coin du feu... -> La Dimension Awaxienne -> Les Morgoles -> Les Morgoles Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com