LE FOFO Index du Forum
LE FOFO Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Chapitre 5 : Houba houba

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE FOFO Index du Forum -> Lectures au coin du feu... -> La Dimension Awaxienne -> Les Morgoles -> Les Morgoles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
awax
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2006
Messages: 2 002
vous êtes ?: damoiselle

MessagePosté le: 21/06/2007 21:15:28    Sujet du message: Chapitre 5 : Houba houba Répondre en citant

Au bout de quelques secondes, Ron se leva d'un bond, déterminé.
- Je vais la retrouver.
- Je suis avec toi... surenchérit Neville.
Harry et Ginny les regardèrent tristement, Luna avait également été enlevée et Neuville et elle s'étaient rapprochés durant les vacances.
- Nous aussi évidemment. Mais par où commencer ?
- Bonne question Harry. Que ferait Hermione si elle était là ? Ron avait troqué son désespoir contre de la détermination.
- Elle filerait à la bibliothèque.
- Cela ne servirait à rien.
Le petit groupe se retourna stupéfait ! La Directrice venait de pénétrer dans la salle des gryffondors avec les parents de la disparue. Ces derniers, en pleurs, montèrent directement au dortoir d'Hermione pour prendre ses affaires.
- Nous n'avons rien sur les morgoles. Tout ce que je sais, je l'ais dit à l'assemblée tout à l'heure.
Harry fut le premier à se ressaisir
- Et comment vous savez tout cela alors ?
- Parce que j'ai moi-même assisté à une razzia au début de ma carrière et que Dumbledor, elle baissa les yeux une seconde, m'a donné ces informations. Selon lui, une personne aurait réussi à s'échapper de leur monde et les aurait décrit. Mais avons perdu sa trace. Tout ce que nous avons, ce sont de simples rumeurs sur cette inconnue, elle n'a peut être jamais existé. Il est donc impossible de la retrouver.
- Et pourquoi ?
- Parce que nous ne savons pas en quelle année elle a été enlevée et de quelle école elle venait. Ce serait un travail de titan d'éplucher les archives de toutes les écoles dans le monde au cours du siècle dernier.
- Et pourquoi déjà ne pas repérer l'année. Cette personne a été enlevée avant la razzia que vous avez connue. Il n'y en a pas si souvent. Et ensuite, voir ce que nous pouvons trouver sur les personnes disparues lors de cet épisode.
- Bonne idée Ginny, l'encouragea Harry, mais où trouver ces informations ? Visiblement il n'y a rien à Poudlard.
La Directrice fit « non » de la tête.
- Dans les archives du ministère ! Je ne vois que ça. Je demanderais à mon père de nous aider et... Ron s'interrompit en voyant les parents d'Hermione redescendre de sa chambre avec ses bagages. Tout allait disparaître avec eux, comme si la gryffondor n'avait jamais mis les pieds à Poudlard.
- Je t’interdis de dire ça ! Lui hurla Hermione. Nous allons survivre et nous enfuir d'ici, je te le certifie Malefoy. Je ne veux plus jamais t'entendre parler comme ça. Aller, bougeons. Allons à ce fameux portail qu'il faut activer à deux. Nous n'avons plus une minute à perdre.
Toujours d'une voix morne, Malefoy esquissa un sourire sarcastique.
- Tu crois vraiment que c'est aussi simple ? Non, il faut avoir deux clés pour actionner deux serrures, chacune à des points opposés de la pièce et les tourner en même temps.
- Et il faut être deux pour faire ça ! N'importe quoi, un simple Wingardium Leviosa avec un alohomora, suffisent
Hermione n'en revenait pas...
- Dis mois toi qui est si maligne pourquoi je n'ai pas encore utilisé ma magie depuis que je suis ici ! Tu voix ma baguette là bas ?
Hermione pivota sur elle pour suivre le regard de son interlocuteur. C'était bien vrai, sa baguette était posée par terre dans un coin de la pièce alors pourquoi ne s'en servait-il pas ?
- Ca fait deux mois que je vis comme un moldu, dit-il d'un air écœuré. Notre magie ne fonctionne pas.
Décidément, la fatalité la poursuivait. Pas de pouvoir, bon, très bien, elle allait faire sans !
- Alors, où sont ces clés ?
- Je n'en suis pas sur, mais je pense qu’elles sont dans la salle du trône, de chaque côté j'ai remarqué deux poteaux ornementés de gravures et il me semble avoir vu deux clés incrustées. Mais la salle est constamment occupée par le roi et lorsqu'il en est absent, deux gardes morgoles veillent.
- Bon, ça ne se présente pas très bien. Et à quelle occasion est-il absent ?
- Et bien lors des cérémonies uniquement, il dort et mange dans cette salle.
- Parfait, dans le message qu'ils m'ont fait parvenir, ils disaient que la cérémonie aura lieu ce soir. Alors nous tenterons notre chance.
- Non, tu rigoles, c'est trop tôt ! Tu ne connais pas assez les morgoles, ni les couloirs. Et dès que nous aurons les clés, si nous y arrivons, il nous faudra aller directement au portail, qui lui aussi est gardé, avant qu'ils ne donnent l'alerte. Et puis il nous faut un plan...
- Alors nous n'avons qu'à l'élaborer. Où est le problème. Montre moi le chemin et on fonce. Il n'y a pas une minute à perdre. Je ne veux pas rester ici.
- T'inquiète moi non plus, mais je suis contre. On va droit à l'échec et nous n'aurons pas de seconde chance. Il faut que tu assistes d'abord à une cérémonie et que tu apprennes à connaître leurs habitudes. Si nous nous précipitons, nous allons prendre trop de risque et échouer ! C'est certain. Observons ce soir et attendons la prochaine opportunité.
- Et elle sera quand ? Tu le sais toi ?
- Disons que j'ai un peu perdu la notion du temps ici, vu que le soleil ne pénètre pas sous terre, je ne sais même pas si nous sommes le matin ou le soir. Mais je dirais une fois par semaine environ.
Hermione réfléchit un instant. Il avait raison, elle non plus ne savait pas quel moment de la journée ils étaient. Combien de temps était-elle restée évanouie avant qu'il ne la sauve ? Et combien de temps avaient-ils dormis ensuite ? Elle n'avait pas de montre et n'en avait aucune idée. C'était très perturbant et même déstabilisant d'ignorer si on était le soir ou le matin.
Le vert et argent reprit la parole.
- Mais je ne sais même pas, si ces monstres, comptent le temps qui passe comme nous. Je pense qu’ils appellent « soir » le moment avant de se coucher. Pourtant, ils me semblent qu'ils dorment moins souvent que nous. Une journée pour nous doit correspondre à un jour et demi pour eux.
Mais la jeune femme avait bien du mal à intégrer ce qu'il venait de lui dire. Elle devrait réellement rester une semaine avec lui ? Une longue semaine dans cet enfer.
- Alors dis moi tout ce que je dois savoir.
- Ce sera plus facile de te montrer. Et puis il faut que nous mangions.
Malefoy avait raison. Hermione commençait à avoir sérieusement faim.
- Comment on va faire ?
- Suis moi, je vais te montrer tout ce que j'ai découvert depuis deux mois. Mais je te préviens, tu risques d'avoir un choc.
- Ca va je ne suis plus une gamine et je crois que je commence à connaître la situation.
- Non, tu ne sais rien encore. Tu te souviens, ils ont parlé de « citée ancienne ».
- Oui !
- Voilà... visiblement, ils avaient construit une forteresse souterraine. Mais l'épidémie, dont je t’ai parlé, s'y est propagée et ils ont du l'abandonner pour en construire une autre. Je pense que c'est pour ça, qu'ils ne pénètrent pas dans cette partie. Il y a quelque chose ici qui leurs est néfaste. Ce n'est qu'une hypothèse, en réalité je n'en ai pas la preuve.
Hermione réfléchit un instant
- Ca semble probable effectivement.
Drago sembla surpris que la rouge et or abonde dans son sens pour une fois.
- Ecoute Granger, il faut que tu saches. Nous allons nous déplacer dans des couloirs longeant la nouvelle citée. Il existe différents portails entre les deux, c'est par là que je t'ai ramenée. Ces portails, vu de notre côté sont des ouvertures, des sortes de fenêtres par lesquelles nous pouvons les voir, mais l'inverse n'est pas possible. Donc ne prend pas peur, nous les voyons, mais ils ne te voient pas.
La gryffondor écoutait très attentivement son récit. Il était impératif qu'elle en apprenne le plus possible et vite. Encore choquée, elle n'avait même pas vu cela lorsqu'il l'avait traîné dans ce labyrinthe. Après quelques secondes de silence pour lui laisser le temps d'absorber toutes ces informations, le serpentard reprit son monologue :
- Bon, je vais te conduire à la source, là nous pourrons manger un peu.
- La source ?
- Tu verras... mais avant, nous allons passer devant différentes fenêtres, il est impératif que tu ne regardes pas au travers, crois moi, ça ne t'apportera rien de bon. Quoi qu'il arrive, ne dit rien, ne crie pas, ne pleure pas, pas un son tant que nous sommes dans les couloirs. S'ils ne peuvent pas nous voir, ils peuvent nous entendre. Notre vie en dépend
Mais pour qui la prenait-il ? Hermione n'était pas une geignarde enfin !
- Ca va, t'inquiète !
Le serpentard la regarda un peu douteux et lui fit signe de le suivre. Les deux jeunes gens pénétrèrent alors dans le dédale des couloirs que Drago semblait connaître comme sa poche.
Hermione réalisa, à ce moment là, que le serpentard était coincé ici, seul, depuis deux long mois, sans personne à qui parler. La situation était plus évidente pour elle avec un guide.
« Heureusement qu'il est là » se surprit elle à penser.
Vu son physique, le jeune homme devait en avoir baver pendant tout ce temps. Même s'il gardait quelques traits d'humour, son regard n'avait plus rien de commun avec le serpentard qu’il était à Poudlard. Parfois des lueurs vertes et argent réapparaissaient pendant une très courte durée. Comme s'il luttait afin de rester lui même et ne pas sombrer.
La jeune femme n'eut pas le temps d'approfondir cette réflexion en raison des trop nombreuses questions qui se bousculaient dans son esprit.
Déjà, ils étaient sous terre. Cependant une lumière diffuse se propageait dans tous les recoins.
Dans leur dortoir, Hermione avait repéré des sortes de chandelles, mais il n'y en avait pas de partout et pourtant, aucune zone d'ombre ne risquait de les surprendre. Elle lui poserait la question plus tard. Ensuite : d'où venaient ces plaques vertes ? Elle n'en avait pas remarqué dans sa cellule alors que dans l'ancienne citée, elles semblaient avoir coloniser toutes les galeries.
Hermione fit une grimace de dégoût, accentuée par la désagréable sensation des toiles d'araignée qu'ils arrachaient sur leur passage.
Drago se retourna, mettant son doigt sur sa bouche pour lui faire signe de bien garder le silence et ils ralentirent pour éviter de faire trop de bruit en marchant.
Une fenêtre était en vue, Hermione n'arrivait pas à distinguer sur quoi elle donnait. En se rapprochant, elle perçut de nombreuses silhouettes. Intriguée, elle attendit d'être à côté pour mieux juger et fut frappée d'horreur en comprenant de quoi il s'agissait.
Sans réfléchir, elle voulut passer de l'autre côté et fonça tête baissée. Soudain Drago la retint par le bras. Elle lui lança alors un regard noir. Le serpentard fit « non » de la tête et l'incita à garder le silence en la tirant pour continuer leur chemin.
La rouge et or ne l'entendait pas de la sorte et lui montra l'horreur qu'elle venait de découvrir en lui faisant comprendre par geste qu'il fallait faire quelque chose et se retourna de nouveau, poursuivant son idée première.
Elle sentit alors Drago la retenir plus fermement cette fois, puis le vit se baisser, caler son épaule sous sa taille... Et en deux secondes, il l'avait immobilisée et la portait sur son épaule en lui tenant les jambes.
Hermione, la tête en bas savait qu'elle ne devait pas crier pour leur propre survie, mais tambourinait toute sa protestation dans le dos de Drago qui, immuable, continuait à avancer.
Refusant de se laisser faire, mais sachant qu'il était impératif qu'elle garde le silence, elle le tapa de plus en plus fort dans le dos. Agacé par ce comportement, il lui mit une claque sur les fesses, histoire de la faire cesser. Ce geste outra la gryffondor, déjà ballottée comme un vulgaire paquet. Elle se mit alors à agiter des bras et des jambes pour le forcer à la reposer sur le sol.
Devant l'énergie qu'Hermione déployait, Drago eut alors une idée faisant apparaître un sourire sur lèvres. Le jeune homme l’empoigna un peu plus fermement par ses genoux de la main droite pour libérer son autre main et commença à la glisser lentement le long de sa cuisse en remontant presque sous sa jupe. Si les coups ne fonctionnaient pas, ça, ça marcherait !
Plus la gryffondore gigotait, plus le serpentard montait sa main.
Hermione comprit immédiatement la relation de cause à effet et s'immobilisa à contre cœur. Malefoy ne perdait rien pour attendre.
Drago fut tout de même un peu déçu que la jeune femme renonce si tôt. Il aurait aimé avoir ce prétexte pour se continuer son manége et même peut-être aller plus loin en arrivant là-bas. Après tout, toutes occasions étaient bonnes pour oublier sa situation et éprouver un peu de plaisir.
_________________
<a href="http://lilypie.com/"><img src="http://lbff.lilypie.com/R0Wlp2.png" width="400" height="80" border="0" alt="Lilypie Breastfeeding tickers"></a>
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 21/06/2007 21:15:28    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Krystale43
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 21/06/2007 21:30:05    Sujet du message: yes yes yes Répondre en citant

rah!
je suis la première a lire ce nouveau-ancien chapitre Very Happy
et comme d'habitude il est trè bien Okay
continu awax, tu a un tament incomprarable pour l'écriture Embarassed
je suis de tout coeur avec toi! Okay
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 12/12/2017 03:25:44    Sujet du message: Chapitre 5 : Houba houba

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE FOFO Index du Forum -> Lectures au coin du feu... -> La Dimension Awaxienne -> Les Morgoles -> Les Morgoles Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com